02 – La faim justifie les moyens

1

2

3

4

5

Quand l’Homme me disait « il va falloir que tu nourrisses ton Digimon », je l’ai cru, innocemment, mais je ne pensais pas que ça prendrait des proportions où tu hésites à lui sacrifier d’autres Digimon de ta ville, tellement il se mettrait à bouffer tout le temps. Tu l’entraînes, il bouffe. Il se bat, il bouffe. Il sort des toilettes, il bouffe.

Bon, j’exagère sans doutes un petit peu. Mais c’est ainsi que ma partie s’est terminée.

Parce que finalement,

Il bouffait plus que moi.

6

01 -Digi-Kokoro

 

1

2

3

Il y a encore un an, je n’y connaissais pas grand chose à Digimon. Pour moi, c’était un anime plus élaboré que Pokémon à bien des égards, et c’est tout. Loin de moi l’idée de toucher un jeu vidéo Digimon de cette douce époque où l’on pouvait encore suivre les aventures de Tai et ses amis. Puis l’Homme m’a enseigné tout ce qu’il y a à savoir sur l’univers, les différentes saisons, jusqu’à ce que finalement, durant mon stage à Utrecht plus tôt cette année, je me paie Digimon Story: Cyber Sleuth en presque-day-one, et que j’en tombe éperdument amoureuse. Or, en me mettant à Digimon World (tant le premier sur Playstation que le dernier en date Re:Digitize sur PSP), il y a une chose dont je n’étais pas au courant. L’Homme m’avait parlé du côté Tamagotchi-qui-arrache-des-tronches. Il m’avait parlé du travail fastidieux qu’il fallait effectuer pour obtenir la Digivolution voulue parmi les différentes proposées par le jeu. Combien il fallait être attentif à bien monter telle ou telle stat. Mais il y a une chose que je n’avais pas retenue.

Une seule.

La plus importante.

4

Depuis, je rejoue à Cyber Sleuth.