09 – Où l’on parle de la fille qui fait des tweets

BLBLBLBLBL

Il y a un mois, je commençais mon stage, paumée, apeurée, et soucieuse de vouloir faire de mon mieux pour contenter tout le monde. Il y a un mois et un jour, je voyais mon Homme me dire au revoir sur le quai de la gare tandis que mon train partait avec une lenteur à fendre le coeur direction les Pays-Bas. Il y a un mois et 4 jours, je partais de France pour me caler en Belgique quelque temps. Aujourd’hui, j’ai du mal à réaliser. Un mois. C’est à la fois immense lorsque l’on attend de revoir des gens auxquels on tient, et minuscule dans la durée de toute une vie. Rapide lorsque l’on regarde en arrière, extrêmement long lorsque l’on regarde droit devant soi. Là, quand je vois dans mon dos qu’un mois est passé, j’ai du mal à le réaliser. Chaque jour est long, en lui même, mais à chaque fin de journée, je me couche, regarde le plafond, et réalise que woaw, la vie va beaucoup trop vite pour moi. Quand le temps passe, eh bien… Le temps passe. Il n’attend rien ni personne.

En un mois, j’ai appris des trucs. J’ai appris que je ne savais rien. Pas grand chose du moins, et qu’il n’y a guère de meilleur moyen que d’apprendre sur le tas. Jamais je n’aurais cru pouvoir, un jour, demander des choses à un autre membre d’une équipe, déléguer des tâches, gérer mon petit monde en parfaite autonomie. J’aime l’autonomie. Déjà quand je travaillais dans l’administration, c’était quelque chose qui me plaisait: Je faisais quelque chose que personne ne voulait faire et avec laquelle personne ne voulait avoir à faire de près où de loin, alors non seulement on me laissait faire dans mon coin, mais l’on me remerciait pour la tâche accomplie « parce que c’est quand même foutrement chiant ».

J’ai aussi appris la dure réalité du métier: Là où mes comparses travaillent sur des choses tangibles et quantifiables, il m’est impossible de dire la même chose. Ainsi, je sais que je fais correctement mon travail, mais vue de l’extérieur, je ne parais sans doutes qu’être « la nana qui passe ses journées sur des sites de jeux vidéo, sur Twitter, qui mate des graphiques, et qui envoie des mails ». Et ça, c’est dur. Si je donne tout ce que je peux, si je me plie en quatre, personne ne le saura. Pire: On pourrait en douter. Je ne code pas. Je ne dessine que peu. Ce que je fais ne se verra que sur le long terme, et pourrait d’aventure se casser la figure si le rythme n’est pas gardé après mon départ. Lorsque j’en ai parlé à mon collègue, chargé de la communication jusque là mais peu présent dans le studio, il m’a dit qu’il comprenait très bien ce que je voulais dire, et qu’en effet, ce n’était pas chose aisée à supporter. Et lorsque j’en ai parlé au lead artist, lui aussi m’a paru compréhensif. Il comprend ce que je fais, il est soulagé que je le fasse, mais selon lui, il est assez compliqué d’évaluer mes progrès, comme ça, à vue de nez. Ce que je comprends parfaitement. Mais cela ne me dérange pas. Chaque petite parution, quelque part, est une tape dans le dos que l’on m’accorde. Chaque mail reçu, s’excusant de ne pouvoir traiter du jeu malgré l’intérêt qu’il présente, à cause d’une équipe trop réduite, me semble être un encouragement. Chaque félicitation, chaque encouragement, je le transfère à l’équipe, et je suis contente qu’ils puissent voir combien leur travail plaît, là, sur le net. J’ai envie que ce jeu ait du succès. J’ai envie qu’ils trouvent un éditeur. J’ai envie qu’ils aient leur petite communauté. J’ai envie qu’ils sentent que ce qu’ils ont fait, est objectivement bon. J’ai envie de les aider du mieux que je peux, j’ai envie de me sentir utile.

Mais je ne suis que la fille qui tweet, et ça me passionne autant que ça me fait peur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s